Rate this post

Myeik ou Mergui se trouve plus exactement sur la côte de la mer d’Andaman, face aux îles Mergui. Il a appartenu au Royaume d’Ayutthaya. Celui-ci hébergea une garnison française jusqu’en 1689. La ville passa ensuite sous contrôle du Siam jusqu’en 1793, puis sous le contrôle des Britanniques en 1826. Entre-temps a eu lieu la guerre la Première Guerre anglo-birmane. Le port de Myeik avait une grande importance au XVIIIe siècle surtout pour les Européens. Celui-ci est toujours actif bien qu’ayant perdu une part de sa notoriété au gré d’autres villes de la Birmanie.

La population de Myeik appartient à l’ethnie Moken (Selung). L’effectif tourne autour des 170 000 habitants. Ils font partie des « nomades de la mer ». Leur forme de vie est à l’image même de la simplicité. Ils achètent les denrées au marché et dans de petites épiceries, dans lesquels on trouve un peu de tout. Des camions, presque toujours plus que bondés, y font office d’autobus. On y trouve également des tuk tuk qui se révèlent plus plaisants.

Les activités économiques de la ville sont très diversifiées, mais elle est surtout connue pour l’industrie. Principalement, les habitants vivent de la pêche, de la culture d’hévéa et de coco. L’hévéa est utile à la production de caoutchouc, à partir du latex obtenu de l’arbre. On récolte ce dernier en faisant ce que l’on appelle une saignée, ciblant les vaisseaux laticifères. On y produit également de la pâte de crevette. La récolte les nids d’hirondelles est par ailleurs une autre source de revenue.

On peut accéder à Myiek depuis la Thaïlande par avion ou par bateau, depuis Yangon uniquement par avion et depuis Dawei par le bus. Une ligne récente la relie à Bangkok, à la fréquence de deux vols par semaine. Là bas, vous serez vite dépaysé grâce à l’air frais marin, à la végétation luxuriante et à la vue des maisons sur pilotis. Mais il faut savoir qu’en ville, les maisons en bois et en toiture végétale se posent à même le sol. Cette petite ville possède une université. Le marché de Myiek pourrait vous intéresser, surtout pour les échanges avec la très souriante population locale. Quelques hôtels peuvent y recevoir les touristes.

L’archipel de Myeik pour les vacances balnéaires

L’archipel de Myeik, situé à quelques kilomètres de la ville, compte à peu près 850 îles, dont plusieurs restent encore inhabitées. Seules les mokenes, gitans de la mer, ont habité la plupart d’entre elles. En fait, les mokenes sont nomades et changent de temps à autre d’îles. Ils vivent uniquement de la pêche et du troc avec les Birmans. Les pêcheurs mokenes ont une méthode assez spéciale de plongée sous-marine, qui peut atteindre 55 mètres de profondeur. En fait, ils se fixent une pierre à la taille et respirent par un tuyau dont l’extrémité reste à la surface. Le tourisme est ouvert depuis peu, surtout pour les croisières et la plongée. Les croisières sont les seuls moyens d’atteindre l’archipel depuis Myeik.

L’archipel de Myeik vous entraine au cœur d’une nature vierge. Ses magnifiques plages au sable blanc n’ont reçu jusqu’ici que peu de touristes. Lors de votre passage à Myeik au Myanmar, vous pouvez choisir l’île de KayinKwa (Macleod Island) qui propose une station balnéaire. Des mokenes y vivent. C’est donc une belle occasion de les rencontrer, tout en profitant du séjour pour se prélasser sur les belles plages ou plonger, avec ou sans bouteilles, dans une mer bleu clair. Par ailleurs, les balades en canoë-kayak sont une des activités intéressantes. Sinon, vous pouvez vous régaler avec la nature au cours de quelques randonnées pédestres.