Rate this post

Myanmar ou la Birmanie est une destination pas comme les autres. Elle est également renommée mondialement pour ses religions. En effet, la religion est omniprésente dans la vie quotidienne des Bamars (ou Birmans). Saviez-vous que ces derniers consacrent entre 10 et 30% de leurs revenus à l’entretien des pagodes et des prêtres ? Force est de constater que la religion joue un rôle prépondérant dans le quotidien des locaux. Un petit tour d’horizon des religions au Myanmar.

Le Bouddhisme Theravada

À titre de rappel, la plupart des Birmans sont bouddhistes. C’est effectivement la religion dominante en Birmanie. Notez que le Bouddhisme est pratiqué par plus de 80% de la population. Il est à noter que le Bouddhisme birman est attaché à la branche « Theravada » (petit véhicule).

Le bouddhisme Theravada est le bouddhisme le plus orthodoxe qui conserve les enseignements du Bouddha sans modifications (relativement conservatrice, la plus proche du bouddhisme primitif). C’est une ancienne branche du bouddhisme issue de l’école Sthaviravada. Cette religion est pratiquée dans différents pays à travers le globe, mais il reste essentiellement diffusé en Asie du Sud et du Sud-Est continentale. Notez bien que la Birmanie fait figure de siège continental du bouddhisme theravāda, venu d’Inde au IIIe siècle av. J.-C. en Asie du Sud-est. Aujourd’hui, le bouddhisme birman se mêle à d’autres influences comme les animistes, tantriques, hindouistes et mahāyānistes.

Le bouddhisme possède un fondateur connu et unique « Gautama » ! Il a médité sur la souffrance, estima un jour avoir trouvé la « Vérité » pendant une séance de méditation. Il devint alors le « Bouddha », qui signifie « l’éveillé ». Il convient de noter que le cœur de l’enseignement du Bouddha est contenu dans “ les Quatre Nobles Vérités” :

  • La souffrance
  • L’origine de la souffrance
  • La cessation de la souffrance
  • Le sentier qui conduit à la cessation de la souffrance

Pour les bouddhistes, la méditation est le seul moyen d’atteindre le Nirvana. Et c’est également le seul moyen d’échapper à la réincarnation.

Le Christianisme

6% de la population de la Birmanie sont chrétiens malgré les persécutions. 1% des locaux birmans sont des catholiques romains tandis que les 5% sont des chrétiens birmans « protestante ». Par définition, le catholicisme est une aspiration à l’unité de la foi, de l’Église catholique dans le Christ. Et l’Église catholique est l’ensemble des chrétiens en communion avec le pape et les évêques.

La première trace de Christianisme en Birmanie remonte au XVIIIe siècle. Depuis jusqu’à nos jours, la quasi-totalité des chrétiens appartient aux minorités ethniques. Ces derniers sont généralement concentrés dans les régions où s’étaient installées d’antan les missionnaires. (À l’instar de la province de Chin…)

L’Islam

En ce qui concerne l’islam, seulement 4 % de la population sont pratiquants. Cela s’explique par le processus de réforme engagé en Birmanie qui ne profite pas du tout aux musulmans du pays. À titre de rappel, l’islam est une religion abrahamique s’appuyant sur le dogme du monothéisme absolu c’est-à-dire l’adoration du Dieu unique sans lui attribuer aucun associé. Cette religion prend sa source dans le Coran, considéré comme le recueil de la parole de Dieu révélée au prophète Mahomet, au VIIe siècle en Arabie. Un adepte de l’islam est appelé un musulman.

L’Hindouisme

L’hindouisme est également présent en Birmanie. Sachez que c’est l’une des plus vieilles religions du monde. Elle est pratiquée par les Indiens birmans du pays. En effet, cette religion trouve des adeptes dans de nombreuses communautés indiennes au Myanmar. Ils croient en plusieurs dieux et également à la réincarnation de l’âme en fonction des actions accomplies dans les vies antérieure et actuelle.