Rate this post

Le Rocher d’Or, ou Pagode de Kyaiktiyo, Golden Rock en anglais, est situé dans l’état Môn au sud de la Birmanie. Les Birmans en ont fait l’un des principaux lieux de culte du bouddhisme. Il fait aussi partie de l’essentiel des attraits touristiques du pays.

Il s’agit d’un énorme rocher de granit d’environ 6 m de diamètre, situé à 220 km de Yangon. Ce monument naturel qu’est le Rocher d’Or est posé en équilibre à 1200 m d’altitude. Il a été recouvert de milliers de feuilles d’or par les pèlerins, et est coiffé d’un petit stûpa de 7,3 mètres. Il évoque ainsi la tête du célèbre ermite. Le Golden Rock fait partie d’une pagode construite par le roi Tissa. Les lions sont donc évidemment présents pour le protéger.

L’éclat des rayons de soleil au matin fait ressortir toute sa lumière. De la terrasse d’en dessous, on obtient de belles vues panoramiques des environs. Elle a d’ailleurs été bien aménagée.

La tradition veut que le rocher ait été placé à cet endroit par deux nats ou esprits il y a 2 500 ans. Des nombreuses répliques du rocher, fidèles ou non à l’original, sont visibles dans toute la région de Kyaiktiyo. Mais quand même, elles sont toutes aussi sacrées pour les bouddhistes.

La légende raconte aussi que le rocher est en fait constitué du corps de la jeune fille Schwenankyin, épouse du roi Tissa, qui était enceinte. Elle aurait alors émis le vœu de rester à tout jamais près de la pagode, après avoir été protégée d’un tigre par ses prières au Bouddha. Le tigre lui avait été envoyé par un nat, qui était furieux parce qu’on ne lui aurait pas fait les offrandes convenables lors du mariage de Tissa avec la jeune fille.

Il est incliné dangereusement au bord du rocher de dessous. On dit alors qu’il ne tiendrait que par un fil, qui est en fait l’un des cheveux du Bouddha. Le fait qu’il n’est jamais tombé depuis tout ce temps rajoute beaucoup de mystères.

Comment aller à Kyaiktiyo?

Des camionnettes non bâchées ramènent les touristes sur un parcours de 14 Kms depuis le “camp de base” de Kinpun à la colline du rocher. Ils partent ou repartent à chaque fois qu’ils sont pleins. Si ce sont des Birmans, les camionnettes sont très remplies. Mais si ce sont des touristes, le chauffeur accepte de transporter la moitié de l’effectif habituel. Elles sont disponibles très tôt le matin et finissent tard le soir.

Une heure de marche environ permet d’accéder au sommet, les sportifs arriveront bien plus vites. La descente n’est pas difficile et serait alors plus rapide. Pour les paresseux, ils peuvent louer les services d’une chaise à porteurs de palanquins, moyennant quelques euros. C’est un souvenir de l’époque colonial. La montée est tout à fait surmontable par tout touriste, mais les habitants apprécieront que vous choisissiez ce moyen qui leur permette de se procurer un peu d’argent.

Des nonnes en pèlerinage préfèrent faire le trajet à pied. Elles ont le droit de monter jusqu’à une altitude de 1100 mètres. En effet, l’accès est interdit aux femmes, qui n’ont d’ailleurs pas le droit de le toucher. Alors, chers messieurs, ramènent-leur de belles photographies de ce trésor.

C’est en février qu’il y a le plus de monde. Si vous ne tomber pas sur cette période, votre groupe pourrait l’occasion d’apprécier en solo la magie des lieux. Il vaut mieux éviter les jours de pluie, car ça gâche tout le plaisir. Enfin, pour vous loger, vous trouverez pas mal d’hôtels situés au calme à proximité du Rocher. Néanmoins, les touristes préfèrent loger ailleurs à Kyaikhtiyo.